Apprentissage des enfants

Comment créer une bon apprentissage

d’abord créer une bonne atmosphère, puis résoudre le problème (d’apprentissage)

Béa Beste : Je recommande aux parents de rester non seulement calmes mais aussi joyeux et de faire quelque chose de bien pour eux-mêmes et pour l’enfant dans un moment difficile. Et seulement alors, de bonne humeur, pour travailler sur une solution. Le plus important est de signaler à l’enfant que vous et moi sommes comme ça. Nous sommes faits l’un pour l’autre, nous le vivons en ce moment même, et je vous aide à apprendre. Je crois que l’humeur joue un rôle très, très important dans ce domaine.

 

 

revendiquer le droit au soutien et à l’aide à l’apprentissage à l’école

Klaus Wenzel : Dans l’arène politico-publique, je recommande aux parents de faire preuve de solidarité, les parents ont tellement de pouvoir et ils ne l’utilisent pas. Ce sont les parents qui ne doivent pas passer par les canaux officiels. Les parents sont ceux qui peuvent écrire des lettres au rédacteur en chef, qui peuvent faire participer les journalistes. C’est pourquoi je vous demande, chers parents, de faire preuve d’indignation et de solidarité, car ce qui est en jeu ici n’est rien de moins que nos enfants, et pour cela vous devez vous lever. Surtout en tant que parents.

 

Et comment puis-je aider au mieux mon enfant qui a de mauvaises notes ?

rester calme, chercher de l’aide (extérieure), lâcher prise

Daniel Bialecki : Madame Tschirner, vous vous êtes appelée une fois “maman hélicoptère”. Maintenant, vous faites tout différemment. Pourquoi ?

Nicole Tschirner : Pendant les quatre premières années, je me suis assise avec ma fille tous les jours et j’ai fait mes devoirs avec elle. C’était bien de l’accompagner pendant un moment en chemin, mais je n’ai pas su lâcher prise. Puis elle est passée au lycée et la baisse de performance est arrivée. J’ai paniqué parce que je pensais que mon enfant ne pouvait pas supporter la pression. Je l’ai donc envoyée à une évaluation d’apprentissage, qui a été faite par un club. Cela a révélé son déficit concret en matière de mathématiques. Ainsi, les enfants peuvent être soutenus et aidés de manière ciblée et n’ont pas à repasser par toute la scolarité primaire.

Cela m’a rassuré à la folie. Le membre du personnel m’a dit qu’il est tout à fait normal que les enfants abandonnent l’école au cours des six premiers mois. Après un court laps de temps, cela s’est fait tout seul. J’ai appris à lâcher prise. C’est un processus que j’ai dû suivre pour simplement subvenir aux besoins de mon enfant. Parce que : presque tous les enfants ont des problèmes de confiance en soi, ils se comparent beaucoup aux autres. Et si je mets ensuite une pression supplémentaire à la maison, c’est un poison pour chaque enfant.